Mauritanie : les travailleurs de la SNIM en grève et les trains minéraliers à l’arrêt | Mauriweb

Message

"Ce pouvoir nous a tout pris, même notre dignité, notre liberté, notre justice, notre santé, notre ceinture verte, notre aéroport, notre zone franche, notre port,nos mines (....jusqu'au gravier), nos écoles....on lui demande de tout nous rendre... 
LA PEUR A DISPARU"

 

Mauritanie : les travailleurs de la SNIM en grève et les trains minéraliers à l’arrêt

jeu, 02/05/2019 - 09:02

La circulation des trains minéraliers de la société nationale industrielle et minière (SNIM) s’est arrêtée depuis que les travailleurs de la société sont entrés en grève dans la nuit de mardi à mercredi pour une durée de 24 heures. 

Dès le début de la grève, les trains qui n’avaient pas encore quitté la mine étaient restés à l’arrêt, tandis que ceux qui étaient déjà partis avant minuit s’étaient arrêtés à la première station sur la voie ferrée reliant les villes de Zouerate et Nouadhibou.

Les trains qui avaient dépassé les stations d’arrêt ont continué vers les grandes villes ne pouvant s’arrêter sur la voie ferrée pour des raisons de sécurité. Les travailleurs de la SNIM ont entamé dans la nuit de mardi à mercredi une grève de 24 heures sur toutes les installations de la société et selon le correspondant de Sahara Media le travail est pratiquement à l’arrêt à cause de la grève.

La société a recouru aux services de 45 employés travaillant pour des sociétés de la place liées par un contrat de prestation de service avec la SNIM et à 30 anciens employés retraités de la société pour les besoins des opérations d’extraction dans la mine, le temps que durera la grève qui n’excédera pas, selon les délégués du personnel les 24 heures.

Les négociations entre les délégués du personnel et la société se sont achevées la semaine dernière sans parvenir à un accord à propos des revendications des travailleurs.

Ceux-ci ont décidé l’escalade dont la première étape a été un arrêt de travail de 30 minutes sur tous les sites d’extraction et certaines autres directions, suivie par cette grève de 24 heures dans la nuit de mardi à mercredi. 

Saharamédias via cridem