Le Ghana gagne un conflit de frontière maritime contre la Côte d'Ivoire | Mauriweb

Le Ghana gagne un conflit de frontière maritime contre la Côte d'Ivoire

sam, 07/10/2017 - 14:21

Une Chambre Spéciale du Tribunal International du Droit de la Mer (ITLOS) a déterminé la frontière maritime entre le Ghana et la Côte d'Ivoire, en adoptant la ligne de démarcation revendiquée par le Ghana et en rejetant celle proposée par la Côte d'Ivoire.

Le Ghana était représenté par une équipe d'avocats internationaux dirigée par le professeur Philippe Sands Q.C. de Matrix Chambers (Londres) et Paul Reichler de Foley Hoag LLP (Washington).

L'affaire a été largement suivie en raison de l'abondance des ressources pétrolières et gazières dans le golfe de Guinée au large de la côte sud des deux États africains voisins.

Le Ghana a revendiqué et a commencé à exploiter tous les gisements à l'est d'une ligne d'équidistance qu’il considérait depuis longtemps la frontière de facto entre les deux États. La Côte d'Ivoire a contesté les revendications du Ghana et a menacé de poursuivre les compagnies pétrolières internationales forant dans les eaux contestées. Au début de 2015, les deux États ont convenu de soumettre le litige à ITLOS pour rendre une résolution contraignante.

Dans son jugement, le tribunal a convenu à l'unanimité avec le Ghana que la frontière devrait suivre une ligne d'équidistance et que le Ghana a agi légalement dans ses activités de forage et d'extraction de son côté. La frontière qui a été adoptée est une ligne s'étendant de la côte au sud-ouest à un angle de 191.8 degrés. Le tribunal a rejeté l'allégation de la Côte d'Ivoire selon laquelle la frontière devrait se diriger vers le sud-est sous un angle de 168.7 degrés.

Plus de 9,000 miles nautiques carrés de la mer et des fonds marins ont été le sujet du litige. Tous les miles contestés ont été attribués au Ghana. Ceux-ci comprennent des champs de pétrole et de gaz connus sous le nom de TEN (Tweneboa, Enyenra et Ntomme) qui sont estimés à contenir 2 milliards de barils de pétrole et 1.2 billions de pieds cubes de gaz naturel.

En plus de Sands et Reichler, l'équipe juridique du Ghana a inclus les avocats de Foley Hoag : Clara Brillembourg, TafadzwaPasipanodya, Nicholas Renzler et Alejandra Torres Camprubí; Alison Macdonald Q.C. (Matrix Chambers); Anjolie Singh; Professeur Pierre Klein (Université Libre de Bruxelles); Daniel Alexander Q.C. (8 New Square Chambers); et Fui Tsikata (Reindorf Chambers - Accra). L'agent du Ghana était le Procureur Général Gloria Afua-Akuffo.

« La ligne de démarcation finale a constitué une victoire de cent pour cent pour le Ghana, ce qui est très rare dans les cas de délimitation maritime », a déclaré Reichler.

 

http://www.businesswire.com/news/home/20170929005776/en/

 

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

 

*Source: AETOS Wire

 

Contacts

Foley HoagLLP
AudraCallanan, 617-832-7010
acallanan@foleyhoag.com