APPD-Rim-Ue- Prorogation d’un an du dernier accord | Mauriweb

APPD-Rim-Ue- Prorogation d’un an du dernier accord

mer, 04/09/2019 - 10:54

La Mauritanie et l’Union Européenne ont décidé de proroger, pour une année de plus au maximum, le protocole d'accord de partenariat de pêche durable (APPD) qui liait les deux parties jusqu’en novembre 2019, a-t-on officiellement annoncé dans un posting de la délégation de l’Ue en Mauritanie.

Cette information est corroborée par la Commission Européenne qui indique dans un communiqué à ce sujet que la prorogation « permettra la poursuite des activités de pêche des opérateurs de l'UE dans les eaux mauritaniennes à partir du 16 novembre 2019 ».

La CE souligne aussi que : «les deux parties se sont mises d'accord sur une procédure dérogatoire exceptionnelle pour remédier aux éventuels blocages aux frontières lors du transport à l'exportation de poisson frais capturé dans les eaux mauritaniennes ».

De même source on précise que «la flotte de l'UE peut pêcher la crevette, les poissons démersaux, le thon et les petits poissons pélagiques dans les eaux mauritaniennes, dans la limite de 287 050 tonnes par an » ajoutant que «outre les redevances payées par la flotte européenne, l'UE verse une contribution financière de 61 625 000 EUR par an, dont 57 500 000 EUR pour l'accès aux eaux et 4 125 000 EUR pour soutenir les communautés de pêcheurs locales en Mauritanie et améliorer la gouvernance des pêches ».

Cependant, on fait savoir que  les négociations en vue d'un nouvel accord et d'un nouveau protocole se poursuivront pour aboutir au prochain accord que devrait sanctionner les procédures légales nécessaires à sa conclusion officielle.

L’Union européenne et la Mauritanie avaient conclu, le 10 juillet 2015, à Nouakchott, un accord de 4 ans autorisant  les pêcheurs européens à opérer dans les eaux mauritaniennes pour un peu plus de 280 000 tonnes de poisson (excepté le poulpe réservé aux artisans mauritaniens) par an contre environ 60 millions d’euros dont plus de 4 millions destinés au soutien des communautés de pêcheurs mauritaniens, rappelle-t-on.