Marché de l'extension du PANPA: Divorce avant terme… | Mauriweb

Message

"Ce pouvoir nous a tout pris, même notre dignité, notre liberté, notre justice, notre santé, notre ceinture verte, notre aéroport, notre zone franche, notre port,nos mines (....jusqu'au gravier), nos écoles....on lui demande de tout nous rendre... 
LA PEUR A DISPARU"

 

Marché de l'extension du PANPA: Divorce avant terme…

dim, 03/02/2019 - 13:44

La société indienne « OLAM » a décidé unilatéralement de se retirer du contrat signé l’année dernière avec le gouvernement mauritanien pour la construction d’une extension du port autonome de Nouakchott. Et qui avait été l’objet d’une grande controverse. 

Selon les sources de Sahara Medias la société indienne a justifié son retrait de cet accord par le non-respect par la partie mauritanienne de certains engagements notamment le volet relatif à la gestion des conteneurs au port.

Aucune des deux parties n’a confirmé ou infirmé cette information et les tentatives de Sahara Medias de les joindre sont restées vaines. Des sources du port autonome de Nouakchott ont confirmé le retrait par la société indienne d’une grande partie de son matériel qu’elle avait importé avant le démarrage du projet. 

L’accord prévoit de la part de la société indienne un investissement de 390 millions de dollars pour une extension portuaire en contrepartie de la gestion du port pendant une durée de 30 ans.

L’extension prévoit de porter à 16,5 mètres la profondeur des eaux, la construction d’un quai pour l’accostage des navires transportant les conteneurs pouvant atteindre une capacité 50.000 m3.

Le projet qui devait s’achever dans un délai de deux ans allait créer 750 emplois pendant les travaux et 500 emplois permanents pendant la période de gestion.

Certains milieux avaient lié ce contrat à des proches du président Mohamed O. Abdel Aziz, ce que le gouvernement a démenti par la voix de son porte-parole Sidi Mohamed O. Maham. 

Saharamédias via cridem

Surtitre: MWI