Affaire-Piratage informatique: L'UNAD exige l'ouverture d'une enquête | Mauriweb

Message

"Ce pouvoir nous a tout pris, même notre dignité, notre liberté, notre justice, notre santé, notre ceinture verte, notre aéroport, notre zone franche, notre port,nos mines (....jusqu'au gravier), nos écoles....on lui demande de tout nous rendre... 
LA PEUR A DISPARU"

 

Affaire-Piratage informatique: L'UNAD exige l'ouverture d'une enquête

lun, 23/05/2016 - 08:11

Dans un communiqué transmis à "mauriweb.info"; le parti de l'Union Nationale pour l'Alternance Démocratique (UNAD) a exigé l'ouverture d'une enquête sur les révéléations faites par nos confrères de Alakhbar au sujet de l'affaire du piratage informatique dans lequel l'Etat aurait perdu plus d'un million et demi de dollars.

L'Unad a également déploré que une "tentative antérieure visant à espionner les citoyens". 

Nos confrères de Alakbar avait, en effet, évoqué mercredi dernier l'arrestation de deux itlaiens qui auraient berné le conseiller du président Ould Ahmmeida dans une affaire de commande de matériel d'écoute et de pistage informatique.

 

Nous vous proposons l'intégralité du communiqué de l'Unad

L'Hebdomadaire AlAkhbar, dans son édition du Mercredi passé, a publié une enquête relayée par plusieurs médias locaux et internationaux et relatant le fait que le régime a contracté son deuxième marché pour l'acquisition de matériel d'espionnage après que ce même journal ait découvert une tentative antérieure visant à espionner les citoyens et qui s'est déroulée, selon l'enquête, loin des organes de sécurité et de renseignement. Laquelle tentative a occasionné une perte à l'Etat d'un million et demi de dollars et suite à laquelle un ressortissant italien du nom de Gustavo Vesirto a été arrêté et détenu dans les locaux de l'Ecole Nationale de Police. Opération qui rappelle aux esprits l'affaire Senoussi et qui enracine le phénomène de la prise d'otages comme moyens pour le régime en place de récolter des fonds.

Face à ces informations dangereuses publiées suite à cette enquête et face au silence douteux du régime, nous, dans le cadre de l'Union Nationale pour l'Alternance Démocratique, déclarons ce qui suit :

- Notre refus catégorique de toute tentative visant à espionner nos citoyens et appelons le régime à respecter la confidentialité des correspondances telle que garantie par la Constitution et appelons à diriger les moyens de l'Etat dans son service plutôt qu'à l'espionner.

- Nous appelons au respect des droits des étrangers et à traduire le citoyen italien en justice ou le libérer au lieu de le détenir arbitrairement.

- Nous demandons l'ouverture d'une enquête pour éclaircir les dessous de cette affaire avec la participation des services compétents nationaux et internationaux.

Nouakchott le 20/05/2016

La Commission Communication